Actualités

Hommage à Marceau GAST (1927-2010)

04/01/2011 0:00

 

Un ethnologue entre Sahara, Kabylie, Yémen et Queyras :
Itinéraire, terrains et recherches

GAST


MMSH, 5 rue du Château de l'Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence Cedex 2,
Lundi 14 mars et mardi 15 mars (matinée) 2011

 

Rencontre organisée par
Salem Chaker & Hélène Claudot-Hawad

 

Avec le soutien de :
IREMAM - Encyclopédie berbère (INALCO) - MMSH - Université de Provence

 

Marceau Gast, Directeur de recherches honoraire au CNRS, est décédé le 25 juillet 2010 à Aix-en-Provence, après avoir lutté durant de longues années contre la maladie.

Ethnologue certainement l'un des meilleurs spécialistes du monde touareg , il a été un précurseur des études sur l'alimentation, les techniques et la culture matérielle traditionnelles des Touaregs de l'Ahaggar (dans les années 1960), avant de s'engager dans des thématiques d'anthropologie sociale : structures de la parenté, héritage, histoire et tradition orale de ces populations sahariennes.

Mais le Sahara central et l'ethnologie n'ont pas été son unique horizon : ouvert à la comparaison, il a travaillé aussi sur la Kabylie, au Yémen, dans le Queyras et en Haute Provence et participé à de nombreux programmes interdisciplinaires associant ethnologues, préhistoriens, anthropologues, nutritionnistes, biologistes...

Après avoir commencé en 1948 une carrière d'instituteur au Sahara, notamment chez les Touaregs (1951-1956), il entame en 1959 sa carrière de chercheur au CRAPE/Musée du Bardo d'Alger, où il engagera une collaboration d'une quarantaine d'années avec Gabriel Camps. En 1969, Marceau arrive à Aix-en-Provence avec G. Camps qui fonde sa nouvelle unité de recherche à l'Université de Provence, le LAPMO, équipe associée au CNRS, que Marceau dirigera de 1985 à 1990, avant son intégration dans l'IREMAM (UMR 6568).

Pendant cette période « française », il s'impliquera activement dans la vie scientifique collective : membre de plusieurs comités de rédaction et de nombreuses associations scientifiques, il est également élu au Comité national du CNRS. Admis à la retraite en 1992, Marceau a continué à avoir une vie scientifique très active, à travers de nombreuses publications, une participation régulière à l'Encyclopédie berbère dont il a été l'un des fondateurs, des conférences publiques où ses dons de passeur de savoirs captivaient toujours l'assistance.

*

 

Ses nombreux ami(e)s et collègues, du Sahara, du CRAPE, du LAPMO, de l'IREMAM et d'ailleurs voudraient à l'occasion de cette rencontre rendre hommage à l'homme et au chercheur à la carrière remarquable, par la profondeur de son ancrage dans un terrain, sa diversité et son ouverture aux disciplines connexes, son ouverture à l'Autre et aux autres, notamment aux jeunes chercheurs qu'il était toujours prêt à aider et à conseiller.

 

La journée recevra des témoignages sur l'homme et le chercheur, des bilans et perspectives sur ses travaux et son apport dans les différents domaines où il est intervenu au cours de sa carrière. Elles s'articuleront selon les axes suivants :

  1. MG instituteur au Sahara
  2. MG au CRAPE-Musée du Bardo : ethnologue des Touaregs de l'Ahaggar
  3. L'apport de MG aux études sur l'alimentation des Touaregs
  4. Parenté et organisation sociales : MG observateur d'une société en mutation
  5. La tradition orale : MG à l'écoute d'un peuple.
  6. MG, un chercheur aux terrains multiples : Kabylie, Yemen, Queyas...
  7. Un chercheur aux horizons scientifiques ouverts : MG chercheur transdisciplinaire.

 

Informations générales

‒ Les communications (et les autres contributions éventuelles qui n'auront pas pu être présentées lors de la rencontre) feront l'objet d'une publication, qui comportera une biographie et une bibliographie détaillées de MG.

- Une exposition de photographies de Marceau sur le Sahara sera montée par Hélène Claudot-Hawad à la MMSH pour cette occasion.

L'ensemble de ses ouvrages sera également exposé.

‒ La rencontre se déroulera sur deux jours : lundi 14 mars, mardi 15 mardi (matinée, avec possibilité de dépassement, si besoin est, sur le mardi après-midi).

 

Aix-en-Provence, le 5 janvier 2011

 

Salem Chaker
salem.chaker@univ-provence.fr
Professeur des Universités (Berbère)
Université de Provence.

Hélène Claudot-Hawad
hawadclaudot@mmsh.univ-aix.fr
Directricede Recherches au CNRS.
.

 

 

 

                                  

 

Marceau GAST

 

Interventions :

 

1- Guy BARRERE (Instituteur, Idélès, Ahaggar, Algérie) : « Soixante ans d'amitiés »

2- Tatiana BENFOUGHAL (Paris, Chargée de conservation des collections d'Ethnologie, Département Hommes, Natures et Sociétés, UMR 208 "Patrimoines locaux, MNHN) : « Sur les traces de Marceau Gast : étude de la culture matérielle saharienne sur l'exemple des nattes »

3- François BOREL (Ethnomusicologue, Musée d'Ethnographie de Neuchâtel) :

a) « Un enregistrement inédit trouvé dans les archives sonores du MEN. 1960, Ecole en plein air de Chanteloup (Troyes) dirigées par Pierre Guérin. Entretiens avec MG (sur le désert et chansons d'élèves de Tamanrasset) »

b) « Les relations M. Gast / Jean Gabus (Musée d'ethnographie de Neuchâtel) » (19 lettres de la période 1959-1962).

4- Véronique GINOUVES & Laure PRINCIPAUD (Aix, MMSH-Médiathèque) : « Marceau Gast, un ethnologue passeur de ses sources de terrain »

5- Dr Philippe LEFEVRE-WITIER (Directeur de Recherche émérite au CNRS, Vaucluse) : « Anthropologie génétique et ethnologie de la parenté dans les communautés pastorales et rurales touarègues du Sahara central »

6- Michel PANOFF (Paris, Directeur de Recherches émérite au CNRS) : « L'union fera-t-elle la force ? Les actions de Marceau Gast pour fédérer et structurer notre milieu professionnel ».

7- Hélène Claudot-Hawad (Aix, Directeur de Recherches au CNRS) : « Ethnologie et terrain touareg dans les années 1975 : enquêtes avec Marceau Gast »

8- Salem Chaker (Professeur de berbère, Université de Provence. Directeur de l'Encyclopédie berbère) : « La contribution de M. Gast à l'Encyclopédie berbère : une encyclopédie dans l'encyclopédie ».

MG, membre de l'équipe de fondation de l'Encyclopédie berbère a participé jusqu'à la fin à cette entreprise collective pluridisciplinaire. Les 65 notices qu'il a rédigées couvrent l'ensemble des aspects de la société touarègue de l'Ahaggar et du Sahara central : environnement écologique, culture matérielle et technologies traditionnelles, histoire sociale et politique, anthropologie sociale. Elles s'ancrent à la fois dans des enquêtes de terrains approfondies, l'exploitation des sources (y compris anciennes), le comparatisme avec les autres sociétés berbères et autres. Son apport à l'EB constitue donc un véritable petite encyclopédie sur le monde touareg de l'Ahaggar.

9 - Evelyne Simonin (Paris, rédactrice d'une biographie de M.G.) : « Evocation de Marceau. Eléments de biographie : documents sur un itinéraire ».

10 - Narjys EL ALAOUI (Paris, Ethnologue, Chargée de recherche, MUCEM / EHESS) « Un lézard bon à manger. Hommage à l'ethnologue attentif au milieu écologique »

Résumé

L'Uromastix acanthinurus. Aux confluences du rite et du licite dans le bestiaire sacrificiel berbère. À propos de ġrs". L'Uromastix acanthinurus flavifasciatus est une espèce endémique du sud du Maroc, et plus généralement du Sahara. Il est chassé pour consommer sa chair par de jeunes bergers qui le sortent de son terrier pierreux soit à l'aide d'un bâton et d'un miroir soit à l'aide d'une cordelette.

Mots clé Uromastix acanthinurus Bell, Maroc, tachelhyt, Lézard, fouette-queue, ḍḍab, agwjjim, chasse, égorgement, alimentation, espèce menacée, espèce protégée.

11 - Malika Hachid (Alger, CNRPAH) : « Des peintures rupestres au Sahara central pourraient-elles figurer ce peuple cher à Marceau Gast : les pré-Touaregs Huwwara ? »

12 - Pierre Augier (Ethnomusicologue) : « Marceau Gast et l'ethnomusicologie »

C'est comme chercheur aux horizons scientifiques ouverts que j'ai connu Marceau Gast. L'intérêt qu'il portait à la tradition orale m'a beaucoup influencé. En 1963, professeur d'éducation musicale au Lycée Ibn Badis d'Oran, je lis en bibliothèque une traduction des traités anciens de musique arabe. En ville, j'écoute les musiciens oranais. L'écart entre leurs pratiques et les principes énoncés dans les traités me laisse perplexe. En 1966, je fais part de mes interrogations à un inspecteur général de passage. Celui-ci me conseille de m'adresser à Marceau Gast. J'écris. Marceau m'invite, me présente à Gabriel Camps et aux membres de l'équipe. Il me fait découvrir le CRAPE où une salle (minuscule) est dévolue à l'ethnomusicologie : il n'y a pas d'ethnomusicologue... Marceau me parle de la musique des Touaregs, de l'imzad, des airs qu'il a enregistrés et dont il m'autorise à prendre une copie. En 1967, grâce à lui, j'intègre le CRAPE, pour y rester huit ans.

13 - Slimane Hachi (Préhistorien, Directeur du CNRPAH [ex-CRAPE], Alger) : « Marceau Gast au CRAPE : 1959 - 1969 : un impact durable »

En 2008, le CNRPAH d'Alger (ex-CRAPE, équipe au sein de laquelle MG a commencé sa carrière scientifique) a publié un recueil de 44 articles de M. G. consacrés aux Touaregs Kel-Ahaggar + une bibliographie de ses contributions scientifiques (10 p.) : Des Huwwara aux Kel-Ahaggar, la Saga d'une tribu nomade au Sahara central, Alger, Cnrpah, 715 p., 22 photos. Cet évènement illustre les liens et l'impact profonds et durables de MG avec/sur son terrain et le champ de la recherche algérienne.

 

 

 

Autres participants (contributions en instance et témoins discutants) :

(Tous ces chercheurs ont été impliqués dans les programmes de recherche du laboratoire dirigé par MG).

  • François SIGAUT (Agronome, Paris)
  • Colette LECOUR-GRANDMAISON (Directrice de recherches émérite au CNRS : ethnologie - anthropologie sociale : sultanat d'Oman, Afrique orientale et centrale)
  • Jorge ONRUBIA PINTADO (Professeur à l'Université de Madrid, Préhistoire de l'Afrique du Nord) :
  • Thierry TILLET (Préhistorien du Sahara, Université de Grenoble)
  • Sophie FERCHIOU (Ethnologue, CNRS, Tunis)